Le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 10 septembre 2015

EDITO #11 : Pour vivre heureux, vivons touchés !

FACES_B__11_Edito.jpg

Pour vivre heureux, vivons touchés !

« À la fin de l'envoi, je touche ! ». Edmond Rostand ne se doutait certainement pas qu'en 2015, ces mots prendraient un sens bien spécifique. Car oui, à la fin des envois, nous touchons ! Tout ce que nous émettons ne demande qu'à toucher. Le cœur. Le corps. L'esprit.

L'équipe de FACES B ne s'y trompe pas. Au cœur du printemps, le toucher prend tout son sens. Nous avons tous besoin – plus ou moins – de ressentir. L'imperméabilité émotionnelle de notre société ne peut pas contenir ce besoin. Ni cette envie. Alors, avec un peu de recul, nous voulons vous donner envie de toucher comme si vous participiez à une grande farandole.

« Touchons-nous les uns les autres ». Au sens propre mais aussi au figuré. Figurez-vous que tout ce qui est touché reste en vous. Cyrano de Bergerac, revenons à lui, utilisait ses mots pour toucher Roxane, sa bien-aimée. Cyrano, encore lui, savait émouvoir à fleuret moucheté. La force et l'émotion dans l'élégance du verbe. « Le meilleur moyen de résister à la tentation est d'y céder » murmurait Oscar Wilde. Teintons-nous alors d'un peu plus de sens. Donnons du sens à nos actes, de la cohérence entre nos envies, nos besoins voire nos comportements. Laissons place à nos sens dans nos agissements. Ovidie et Françoise Huguier, nos invitées made in sens, vous le confirmeront : pour vivre heureux, vivons touchés !

Voilà tout le bonheur que nous vous souhaitons.

Texte : Cyril Jouison // Illustration : Claire Lupiac

samedi 18 juillet 2015

Une biennale très nature : Jardiniers terrestres, jardiniers célestes

Bibliotheque_de_terres_-_Koichi_Kurita_-_Biennale_Melle_2015___A._Denis.JPG

Après une échappée en Pays Mellois (Deux-Sèvres), à la découverte de la VIIe Biennale internationale d’Art Contemporain de Melle, je ne résiste pas au plaisir de partager ce texte de Gilles Clément.

Lire la suite...

jeudi 30 avril 2015

MAKING-OF #10 LA BARBE BLEUE

Quand le poil s'en mêle" voilà qu'on en arrive déjà au FACES B #10, un numéro charnière qui se décline tout en poil. Des humeurs velues ? En somme, rien d'étonnant pour nous réchauffer cet hiver. Mais voilà qu'on voit déjà poindre les lueurs du Printemps et avec lui le traditionnel making-of de la dernière séance photo. Une occasion pour notre photographe Anthony Rojo d'investir le bâtiment le plus Art Déco de Bordeaux - La Bourse du Travail - pour réinterpréter à sa manière le fameux conte sanguinolent de "La Barbe Bleue" de Charles Perrault.

jeudi 20 mars 2014

Ils ont trippé...

ANTHONY TRIPPE SUR...
Ne serait-ce qu’une seconde. La fondation Belge Mimi Foundation a réalisé un projet photo aussi joli que son titre : Ne serait-ce qu’une seconde ! Des personnes atteintes d’un cancer sont affublées d’une perruque et d’un maquillage extravagants. Face à un miroir, les modèles d’un jour découvrent, avec surprise, leur nouvelle apparence ! Leurs expressions d’étonnement et leurs éclats de rire sont alors saisis par le photographe caché derrière le miroir. Quelques minutes d’humour pour oublier sa maladie et s’amuser ! Un joli projet photographique, humain et participatif. Ne ratez pas la vidéo de présentation sur le site www.mimi-foundation.org/fr/ne-serait-ce-qu-une-seconde.html

trips.jpg Photo : © Y-lan

ANNABELLE TRIPPE SUR...
Le Chapeau rose d’Une Femme Mariée… pour transformer les instants moroses en souvenir de temps heureux. Voilà une mélodie qui nous met un peu de baume au cœur dans une actualité pleine de rudesse. Coup de cœur aussi pour Marlon Brando (avis aux cinéphiles) qui nous entraine pas à pas vers L’île aux trésors. Alors, après Les Mauvais Garçons, à quand le prochain album ? Tout dépendra des financements, mais mon petit doigt m’a dit que de nouveaux titres sont en préparation. On les attend avec impatience ! En attendant, surveillez les concerts de ce début d’année, et qui sait, vous pourriez peut-être avoir des surprises ?...
En écoute : www.deezer.com/artist/346595
Actu concerts : www.facebook.com/pages/UNE-FEMME-MARIÉE/143263452424675

Claire_trip__2_.jpg

CLAIRE TRIPPE SUR...
JUXTAPOZ Magazine. Un magazine US consacré au graphisme, à l’illustration, au street-art, à la photographie et plus encore... Hélas peu distribué en France, il est néanmoins disponible en version numérique. Pour voir quotidiennement des œuvres originales, belles, parfois déroutantes et découvrir quantité de talentueux artistes, c’est par ici :
www.juxtapoz.com / www.facebook.com/JuxtapozMagazine?fref=ts

Lire la suite des trips : Numéro 7, page 58

jeudi 13 février 2014

La playlist de l'hiver du Furet

Contradiction ! A l'heure où le magazine numérique FACES B sort un spécial Bruits & Silences, voici la playlist du Furet qui l'accompagne, et l'on n'y trouvera peu de place pour le silence...
Avec : Détroit (Bertrand Cantat, Pascal Humbert), Melt Yourself Down, Parquet Courts, Son Lux, Étienne Daho, Lorde, Jeremy Jay, Latyrx, Yodelice, Shearwater, Metronomy, WhoMadeWho, Factory Floor, RY X, Husbands, Loki Starfish, Louisahhh!!!

mercredi 5 février 2014

ART / Jef Aérosol

PORTOFOLIO_N7_2__2_.jpg

JEF AEROSOL
« Une bombe aérosol peut être une arme poétique »
Du haut de sa nacelle, à quinze mètres du sol, Jef Aéorosol nous contemple. Lors de sa venue à Bordeaux, dans le cadre d’Octobre rose, l’artiste s’est confié à FACES B. L’homme est d’une gentillesse aussi agréable que son humilité. Rencontre avec le plus rock'n’roll des street-artistes.

>>> Lire l'interview de Jef Aérsol : Numéro 7 - page 16

PORTFOLIO / Manuel Brulé

PORTFOLIO_N7_1__1_.jpg

Né en 1983, Manuel Brulé est diplômé d’un Master Image et Son de l’Université de Brest. Il réalise sa première exposition en 2008 dans le cadre du trentenaire d’une coopérative agricole, une série d’une centaine de portraits d’agriculteurs et d’habitants du monde rural.  Parallèlement, il intègre le Studio Mandarine en région parisienne, où il se spécialise dans la photographie en studio. La même année, l’un de ses clichés est sélectionné et publié dans le cadre du «plus grand concours de monde 2008» réalisé par le magazine Photo. En 2009, il réalise sa deuxième exposition à la Galerie Art’O, consacrée à des portraits de travailleurs immigrés. Il se lance alors dans la photo de mode et publie dans plusieurs magazines webs et papiers (l’Insolent, Fashizblack, Le Bonbon ...). En 2011, il organise l’exposition Le Rouge présentée à Studio Mode Paris en collaboration avec les photographes Frederick Lefort, Liz Vogel, Michael Guichard et Fabio Piemonte, puis en 2012, il présente son exposition Animi. Photographe polyvalent dont le style se renouvelle et innove en permanence, Manuel Brulé oscille entre la photo artistique et le portrait.
www.manuelbrule.com

>>> Le portfolio complet - numéro 7 - page 42

mardi 4 février 2014

Carte postale d'Angoulême

Angouleme_2014__2_.JPG

Chers lecteurs,
Je vous envoie des bulles d’Angoulême. Et oui, ce weekend je suis parti en vadrouille au festival de la BD. Dessinateurs, amateurs, visiteurs, se sont donnés rendez-vous pour le dimanche de clôture.
De nombreux visage passionnés et des belles rencontres.
Ma préférée : Guillaume Trouillard et son délicat travail d’inventaire Welcome aux éditions de la cerise. Un vrai boulot d’orfèvre. Les illustrations finement réalisées révèlent la part belle d’une vision enfantine de multiples objets, personnages et mécaniques. Pas peu fier d’avoir découvert cet univers avec, à la clef, un mignon petit nain encollé en guise de dédicace. Il n’y a pas de petit plaisir et de plus beau cadeau.

Angoulême et son effet double crème, j’apprends qu’Alfred et son album Come prima remportent le Lion d’or de cette édition 2014. Avec ou sans prix, FACES B ne doutait sûrement pas de son talent en lui confiant la rubrique BD du n°6 en octobre dernier.

Angouleme_2014__1_.jpg

Quel beau millésime. Vivement l’an prochain pour de nouvelles aventures graphiques !
On prend RDV, à vos agenda !
La bise ;)

Angouleme_2014__4_.JPG

Article et photo : David Mauzat

30 MINUTES D’ INJECT—IONS

FACES_B_N7_agenda_perf__1_.jpg

Ce lundi, lorsque nous réalisons que notre journée est enfin terminée, nous rêvons d’une accalmie. Pourtant la soirée nous réserve d’autres projets : ce soir on a piscine ! Traverser la ville sera notre première longueur. À l’échauffement, pluie battante, vent violent mais une grande détermination. Nous voilà au porte de l’ailleurs / à l’entrée du théâtre.

Pas de parterre, pas de balcon, l’œil du prince se situe dans le bassin. Clapotis de l’eau, bonnets de bain, corps dénudés ; tous égaux pour cette folle soirée. Soudain, à l’heure des premiers battements la lumière s’éteint, il fait noir. Face à nous un écran dressé, tel un écho, aux allures d’un miroir d’eau. Place à l’improvisation, aux effets sonores retentissants et à une aquatique captation. Herman Kolgen nous invite à nous immerger...

Lire la suite...

EDITO N#7

FACES_B__7.jpg

7e Symphonie

FACES B ouvre son année au rythme de 2014 coups de cymbale ! Voilà une composition savante, une proportion vaste en plusieurs mouvements joints ou disjoints, faisant pourtant appel aux ressources d’une même équipe symphonique. Étrange… Ce 7e opus ne prendrait-il pas des airs ? Bien sûr que non ! Voilà qu’il opère plutôt une réconciliation : « … Moi, j’aurais souhaité faire du bruit ! Tu vois, j’aime quand l’espace est occupé, quand on ressent une présence, quand le rythme envahit nos vies… j’ai besoin de fracas pour marquer mon pas.
- Ce n’est pas un peu exagéré ? Nous pourrions décrire un monde plus nuancé où le silence se ferait entendre. Tu sais, ces moments où on n’entend rien et où il se passe pourtant une multitude de choses : un regard croisé, un hochement de tête ou simplement « un semblant de rien » qui invite à davantage de quiétude…
- Quoi ? La quiétude ? Faire une place au silence, sans meubler, sans s’immiscer, sans agir, sans faire… du bruit ? Pour moi, c’est mission impossible. J’ai besoin d’exister, de sentir mes lèvres bouger, parler, crier, être moi-même, faire monter les décibels.
- Tu veux que le son nous inonde, même s’il te faut polluer les ondes ! Pourtant, parfois, en étant si belles, les ondes de l’apaisement passent par un repos phonique. Une plénitude du rien. Telle une sorte d’écriture « a-sonore » avec ses pleins et ses déliés qu’il est bon d’apprécier.
- Déliées ? Comme les langues qui s’agitent. Qui chantent. Qui flirtent et qui s’ouvrent sur les autres, pour dire non au silence et au retour à soi… »
Beaucoup de bruit pour rien ! Ce dialogue de sourds illustre de la plus juste des façons nos propres ambivalences et celles qui règnent parfois dans notre rédaction. Le chaud côtoie le froid, le bruit s’impose face au silence, mais chacun fait un pas vers l’autre. Là, l’alchimie se fait, un vacarme atténué laisse place à un calme agité. N’est-ce pas d’ailleurs cette complémentarité bienveillante qui nous permet de vous offrir ce savant mélange entre bruits et silences ? Un FACES B mouvementé à en rester BOUCHE B.

Un edito de Nicolas Chabrier & Cyril Jouison / illustration Claire Lupiac

- page 2 de 11 -