Le regard photographique d’Eloïse Vene se singularise par une poésie graphique et colorée. Elle développe un univers personnel tourné vers l’autre. Vers la rencontre.

« En voulant être styliste, Eloïse est devenue graphiste, puis photo/graphiste. Les vêtements, c’est décevant. On a beau inventer des folies, on finit toujours par s’habiller tous pareils. Elle mange 10 fois par jour, surtout si il y a des crêpes, avec du citron dedans.
Elle veut vivre avec des éléphants et un oiseau bleu sans prendre l’avion car elle n’aime pas l’avion. Eloïse déteste les avions. Elle y a déjà fêté ses 20 ans… Elle adore la pluie et aussi les orages. Et l’Afrique parce qu’elle y est née. Mais elle déteste les mygales. Et même si c’est un psychiatre ivoirien qui l’a mise au monde, pendant que son père réparait l’appareil à oxygène avec un Opinel. La télé la gonfle. C’est une perte de temps. Elle voudrait bien aussi Louis de Funès pour grand père, Salvador Dali pour parrain, Marcel Duchamp et Man Ray pour frères et Sophie Calle pour meilleure amie. Un jour elle quittera tout pour aller vivre dans un cirque avec le chapeau melon de Magritte. »
www.eloisevene.com

02-LaBordelaise.jpg

La Bordelaise

03-LaDormeuse.jpg

La Dormeuse

04-La-precisieuse.jpg

La Précieuse

>>> Le portfolio complet - Numéro 4 : page 35