PLANTU-BELGIQUE-ATTENTATS-BRUXELLES-22-MARS-LE-MONDE-HD-160323-100.jpg

Charlie, le Bataclan, la France et sa liberté de vivre et d’expression n’ont pas été épargnés par la tristesse en 2015. Puis une page se tourne vers 2016, les souvenirs sombres restent présents comme des particules invisibles. Et Bruxelles détonne, son métro s’embrase, son aéroport s’envole. Voyageurs, travailleurs, simples individus en soif d’exode et de découvertes, sont punis de cette envie vitale.

Aujourd’hui, il ne suffit plus de prôner le mal, être épicurien est un risque. Après la paralysie de Paris en novembre, les buveurs et bons vivants ont poursuivi leur emprise des terrasses. Puis Abidjan, Istanbul ou Lahore, retournent flâner dans les rues. Tout comme Bruxelles ressortira sa carte de transport, et reprendra son envol vers le monde.

Nous ne sommes pas des résignés, le combat de la liberté n’en ait pas un, c’est un acte inné. Prenons l’avion, partons découvrir les mille vertus du monde, ne nous rassasions jamais de notre soif d’évasion. Et continuons à rire, picoler et à chanter, c’est notre seule arme. La vie est un voyage, chaque jour est une découverte.

Nous sommes Charlie, nous sommes Paris, et maintenant nous sommes un aéroport...

Allez, silence, on voyage !

Contribution de Maeva Girardot - http://silencecavoyage.com